Accueil > Dédale des écrits > Trajectoires

Trajectoires

dimanche 22 février 2015, par Marc Hodges


Elle est un symbole de la nonchalance eau et lumière l’eau scintille par plaques, se ride légèrement, ressemble à un miroir les regards embrassent les lointains sous la chaleur, la campagne s’agrandit abeilles dans les trèfles la chaleur est odeur il fait beau, chaud, lourd la chaleur dresse une façade immobile sur l’eau paisible de la rivière des canards la forêt est une forêt quelques corbeaux picorent quelque chose-une charogne ?-sur le goudron chaud les champs de blé s’étirent en bandes jaune vif jusqu’au bord de la route l’espace paraît vide août interminable à cette heure les petites rues sont vide l’ombre de l’herbe est tachetée de soleil le soleil tape et il n’y a pas l’ombre d’une ombre été interminable le vent soulève une poussière d’herbes le soleil tape comme d’habitude, les tournesols regardent le soleil le soleil est éblouissant le temps s’étire à l’infini est irréelle être sur l’eau parfois, quelques canards

Répondre à cet article